RSE : quel impact sur le recrutement ?

Publié 30 octobre, 2018 · 3 min. lecture

La RSE ou responsabilité sociétale des entreprises, est un sujet on-ne-peut-plus d’actualité. Ce concept désigne toutes les initiatives de développement durable appliquées à l’entreprise. La « politique RSE » d’une société comporte ainsi trois volets -social, environnemental, économique- qui répondent aux nouvelles attentes des consommateurs… et des collaborateurs ! Comment la fonction RH (en particulier les recruteurs) peut-elle s’inscrire dans cette démarche vertueuse et augmenter ses chances de succès ?

 

1. Pourquoi investir dans une démarche RSE ?

Avant de voir comment les RH peuvent servir la noble cause de la RSE, attardons-nous un instant sur la raison d’être de cette démarche. Au-delà des obligations légales et des gains de performance induits par la refonte de certains processus, l’engagement dans une politique de développement durable correspond à une demande de fond de la part des salariés. D’après le baromètre 2017 des enjeux RSE, 71% des personnes interrogées pensent que leur entreprise devrait s’engager plus qu’elle ne le fait aujourd’hui sur les sujets sociaux et environnementaux. Il s’agit donc pour votre organisation de se rapprocher des préoccupations de ses membres. D’ailleurs, les premières actions mises en œuvre émanent souvent des employés eux-mêmes (tri sélectif, utilisation de produits recyclés, etc.). N’hésitez donc pas à les solliciter, ils ont souvent une tonne d’idées d’amélioration en tête !

RSE_Infographie

2. Quel rôle pour les RH dans votre démarche RSE ?

A ce stade, vous êtes partant pour mettre en place une politique RSE dans votre entreprise mais vous cherchez le rapport avec la fonction RH ? Comme dans tout projet de transformation de la culture d’entreprise, son rôle est crucial : au travers de la marque employeur, les ressources humaines sont à même de valoriser l’engagement RSE de l’entreprise pour en faire un argument attractif auprès des candidats. En effet, les collaborateurs sont bénéficiaires des initiatives de développement durable dans 84 % des cas. En fédérant autour d’un projet commun porteur de sens, les entreprises qui mettent en place une politique RSE et le font savoir s’attirent les faveurs des candidats, en particulier des millennials. Et comme souvent, la première étape consiste à montrer l’exemple :

  • Recrutement : recruter sans discriminer, favoriser l’insertion professionnelle des personnes handicapées ou encore garantir la diversité du personnel de l’entreprise sont des objectifs qui s’inscrivent dans une démarche RSE réussie.
  • Formation : la fonction RH contribue à faire connaître et expliquer les tenants et aboutissants de la politique RSE mise en place. Elle implique les collaborateurs, considérés, dès leur arrivée dans l’entreprise, comme des parties prenantes des projets RSE dans 65 % des cas.
  • Evaluation : les ressources humaines peuvent également intégrer des critères relevant de la RSE dans les évaluations annuelles.
71% des personnes interrogées pensent que leur entreprise devrait s’engager plus qu’elle ne le fait aujourd’hui sur les sujets sociaux et environnementaux. Cliquez pour tweeter

 

3. Un engagement qui concerne toutes les entreprises

Contrairement aux idées reçues, la responsabilité sociétale des entreprises n’est pas réservée aux grands groupes. Bien entendu, des ressources humaines et financières sont nécessaires pour entreprendre dans ce domaine, mais les exemples de PME « responsables » se multiplient. La filiale du groupe Serfim, Serpollet, qui compte 250 salariés dans le secteur des travaux publics, a mis en place des filières de retraitement des matériaux extraits des sols et contribué à la réhabilitation d’une ancienne zone industrielle.

Si le tri des déchets ou la réduction de la consommation d’énergie sont devenus des classiques, pensez également aux runs solidaires ou encore au télétravail, bénéfique pour l’environnement puisqu’il réduit la pollution liée au trajet domicile-bureau ! À l’heure actuelle, plus de 200 000 entreprises de l’économie sociale et solidaire (ESS) « cherchent à concilier solidarité, performances économiques et utilité sociale. » Ce secteur est d’ailleurs en pleine expansion. Il représente 10 % du PIB français et prévoit plus de 600 000 recrutements d’ici 2020.

 

 

En définitive, investir dans la démarche RSE de votre entreprise, notamment en impliquant la fonction ressources humaines, s’avère un pari gagnant en termes de recrutement et de fidélisation de collaborateurs. Réunis autour d’un projet commun et collaboratif, ceux-ci seront plus motivés et engagés dans la stratégie globale de l’entreprise.

 

Autre article qui pourrait vous intéresser…

Diversité & recrutement : comment en faire une réalité ?