Tendance recrutement : le retour des clones ?

Publié 23 octobre, 2018 · 3 min. lecture

Recruter un profil identique en tout point au vôtre ou à la personne qui occupait le poste que vous cherchez à pourvoir, autrement dit, rechercher des clones est une fausse bonne idée comme nous vous en parlions dans un précédent article. Or, d’après la 4e édition de l’enquête OasYs Consultants sur la chasse de tête et le recrutement réalisée auprès de 130 cabinets, cette tendance au clonage a la vie dure.

 

1. Les clones rassurent…

C’est bien connu, on n’est jamais plus rassuré que par soi-même. C’est pourquoi beaucoup d’entreprises ont tendance à remplacer leurs anciens salariés par leur copie conforme ! Même formation, même métier, même type de personnalité, le parcours unique est encore souvent la règle… Les cabinets de recrutement expliquent présenter très peu de « reconvertis » en raison de la frilosité de leurs clients. 72 % des consultants avancent même que le « clone » serait retenu dans plus de la moitié des cas : autant dire que sortir du moule est encore vu comme un risque.

37 % des consultants citent l’expérience digitale comme un critère déterminant à l’embauche Cliquez pour tweeter

 

2. Tant qu’ils ne sont pas trop vieux !

L’étude révèle que si les clones sont encore dans le vent, les seniors quant à eux sont passés de mode. Ainsi, 75 % des interrogés considèrent l’âge comme un critère discriminant pour leurs entreprises clientes. Bonne nouvelle néanmoins, les consultants sont près de 60 % à considérer qu’il est possible de les faire changer d’avis à ce sujet.  Ah et à ceux qui se poseraient la question, la majorité définit 45 ans comme le début de la… « seniorité » !  Toujours du côté des bonnes nouvelles, l’enquête nous apprend également que le chômage, quand il est inférieur à 12 mois, pénalise moins qu’avant. La perception des entreprises a évolué notamment parce qu’elles voient d’un bon œil la disponibilité immédiate du candidat.

 

clones_experience_digitale

 

3. Critères à l’embauche : l’entrée de l’expérience digitale

L’internationalisation de certains postes se fait également sentir avec une demande accrue de professionnels maîtrisant les langues étrangères (94%) et mobiles géographiquement. Cependant, parmi les critères sur lesquels les clients des cabinets de recrutement sont les plus exigeants, c’est un nouvel entrant qui crée la surprise : la maîtrise du numérique ! Outre les critères classiques comme l’expérience métier (98%) et la personnalité (98%), 37 % des consultants citent l’expérience digitale comme un critère déterminant à l’embauche. C’est la 1ère fois que cette notion apparaît dans les réponses à l’enquête. Mais qu’entend-on par-là exactement ? La contribution à une newsletter ou encore l’animation des réseaux sociaux d’une entreprise font partie de cette expérience.

 

En résumé, les recruteurs doivent faire attention à leur recours au clonage et à la discrimination liée à l’âge. La transition numérique impacte à la fois leurs attentes auprès des candidats et leur métier. 72 % déclarent que le big data a une forte importance sur leur métier : gain de temps et d’efficacité dans le sourcing des profils, permettant ainsi de se focaliser sur les soft skills.

 

Autre article qui pourrait vous intéresser…

Recrutement : 6 étapes pour réduire votre temps de recherche