L’habit fait-il le bon recruteur ?

Publié 18 janvier, 2018 · 4 min. lecture

Ça y est, vous avez endossé le rôle (et la tenue) du recruteur, c’est désormais vous aux manettes ! Mais le temps où vous étiez assis de l’autre côté du bureau n’est pas si loin. Vous savez, ces fameuses minutes, qui s’écoulent à la fois trop vite et trop lentement, durant lesquelles vous cherchez à tout prix à convaincre que vous êtes la bonne personne pour le poste. Le recruteur jette un œil à votre CV et enchaîne sur les questions d’usage.

Vous répondez sans laisser transparaître la moindre émotion. Vous vous rappelez de votre tenue ? Sûrement un beau costume qui définit clairement votre rôle tout en véhiculant assurance et sérieux… Sauf qu’aujourd’hui, les choses changent et c’est tant mieux ! On ne choisit plus une personne en fonction de sa capacité à rentrer dans le moule d’un scénario préétabli, mais en essayant de découvrir qui elle est vraiment, au-delà de ses compétences (déjà écrites sur le CV). Autrement dit, en essayant de détecter ses soft skills.

Et à ce stade, une question se pose :

Comment demander au candidat d’être authentique si vous ne l’êtes pas vous-même, que vous jouez un rôle ou que vous ne représentez pas votre entreprise telle qu’elle est ?

Voici quelques conseils, testés sur le terrain, qui pourraient vous aider à être plus à l’aise dans vos baskets de recruteur.

 

1. Fini la cravate !

À moins que vous recrutiez pour un secteur comme l’armée dans lequel le respect du code vestimentaire est indispensable, accueillez le candidat dans votre tenue de travail habituelle. Et si vous ne pouvez vraiment pas faire sans cravate, desserrez-la au moins. Quant à votre veste, laissez-la sur le porte manteau. Faites comprendre à votre candidat qu’il n’est pas sur le banc des accusés, qu’au contraire, ce sont précisément les détails « informels », qui émergent des situations où tout le monde se sent à l’aise, qui font la différence. Enfin, observez le look du candidat. Évidemment, pas pour juger ses choix stylistiques mais parce que les vêtements sont aussi un moyen de communication… Il ne vous reste plus qu’à décoder ce langage !

 

2. N’hésitez pas à vous lever

Lorsque le candidat entre dans votre bureau, levez-vous de votre chaise, serrez-lui la main et adressez-lui un sourire. Non, ces gestes ne nuisent pas à votre autorité. Au contraire, en plus d’être des signes de respect, ils contribuent à créer une situation confortable et détendue : l’atmosphère idéale pour deux personnes qui ont besoin d’apprendre à se connaître. Et souvenez-vous que ce besoin est mutuel.

 

3. Sortez du mode interrogatoire

Bien sûr vos premières questions ne seront pas très originales mais pour les suivantes, laissez-vous guider par votre intuition. Approfondissez les aspects qui vous intéressent le plus. Si possible, essayez de maintenir le contact visuel ou d’observer les postures et le langage corporel de votre candidat. Cela vous permettra de capter non seulement sa ” préparation ” à l’entretien mais aussi sa ” prédisposition ” pour le poste. Parce que, vous le savez bien, on choisit rarement avec qui nous partageons notre lieu de travail alors que nous y passons pourtant beaucoup de temps ! C’est pourquoi, en plus des compétences professionnelles, les traits de caractère et la personnalité comptent énormément. Faites donc attention, il sera plus difficile de les discerner si vous invitez le stress dans l’entretien.

 

4. Écoutez pour de vrai

Prenez des libertés avec le script. Ne cherchez pas à le suivre à la lettre. L’expérience révèle que nombreux sont les recruteurs qui se désintéressent de ce que les candidats ont à dire. Pire, le plus souvent, leur attention retombe pile au moment où les arguments du candidat diffèrent de ceux qu’ils attendaient. C’est vraiment dommage ! Peut-être que ces arguments peuvent vous donner de nouvelles clés de lecture. Pas seulement vis-à-vis de la personne avec qui vous vous entretenez. Ils peuvent vous permettre d’affiner ou de réorienter votre recherche, en identifiant des critères supplémentaires par exemple.

 

5. Ne soyez pas trop pressé

Le temps, c’est de l’argent, c’est bien connu. Mais bâcler un recrutement ou pire, faire un choix par dépit, peut s’avérer bien plus coûteux sur le long terme. Pour en perdre le moins possible, organisez un premier contact téléphonique ou par chat avant le rendez-vous ” officiel ” de façon à sonder le terrain.

Ensuite, pendant l’entretien, prenez tout le temps nécessaire pour approfondir les points qui vous intéressent. Ne tombez pas dans le piège de remettre ces approfondissements à plus tard en proposant une réunion ultérieure. Vous perdriez un temps précieux à répéter, récapituler et reprendre le fil de la conversation. La discussion ” à chaud ” vous permet d’avoir tout ce dont vous avez besoin. Et s’il vous manque une information, vous pourrez toujours passer un coup de téléphone plus tard. Bref, il vaut sûrement la peine de consacrer un quart d’heure de plus à un recrutement aujourd’hui que deux heures demain. Surtout quand les agendas sont déjà bien remplis.

 

6. Rien que la vérité

Si le candidat répond aux ¾ de vos attentes (ou plus, on vous le souhaite !), profitez de la dernière partie de l’entretien pour l’emmener faire un petit tour de l’entreprise, le présenter à un collègue et lui faire comprendre quelle est la réalité de l’environnement dans lequel il évoluera potentiellement. Cela vous semble prématuré ? Vos mains se sont crispées sur les commandes ! Pensez-y à nouveau. Voilà, vous lâchez un peu de lest. En laissant le candidat se faire sa propre idée de l’entreprise, vous lui donnez la chance de se projeter et de faire un choix en connaissance de cause. Aujourd’hui, malgré la situation du marché de l’emploi, les jeunes accordent beaucoup d’importance à l’alignement entre leurs choix professionnels et leurs valeurs ou leur projet de vie. S’ils ne s’y retrouvent pas, vous n’êtes pas à l’abri d’un ” non, merci “. Mieux vaut le savoir tout de suite, n’est-ce pas ?

 

Avez-vous besoin d’un problem solver ? Voici 4 conseils pour constituer la parfaite équipe