La génération Y devrait-elle être divisée en sous-groupes ?

Publié 15 août, 2017 · 3 min. lecture

Avez-vous déjà entendu parler de la génération Y ou ne savez-vous tout simplement pas ce que cela signifie ? La génération Y est le nom donné par les experts aux personnes devenues adultes avec le changement de millénaire et qui sont nées entre 1982 et 2000.

Voici justement le problème car beaucoup se disent :

Près de 20 ans nous séparent, ne sommes-nous pas assez différents pour qu’ils nous regroupent tous ensemble ?

Et vous, pensez-vous également que la génération Y devrait être divisée en sous-groupes ?

Le sentiment d’appartenance : les « vieux » et les « jeunes » de la génération Y

S’il est une caractéristique qui définit la génération Y, c’est qu’il s’agit de la génération la plus étudiée de toute l’histoire de l’humanité. Mais, tout le monde ne s’y retrouve pas. « Cela ne me ressemble pas… », « Je ne suis pas comme ça ». Du fait de leurs différences, il est difficile d’obtenir une définition générique des représentants de la génération Y. De nombreuses initiatives ont été mises en marche à travers toute l’Europe comme l’enquête « Generation What » pour tenter de mieux comprendre cette génération. Même si les conclusions divergent selon les pays, tous parlent d’une jeunesse européenne optimiste, intégratrice (qui croit en l’Europe) et qui croit en l’éducation mais sait aussi qu’elle apprendra de la vie.

Dans tous les cas, si nous observons les réponses de plus près, nous nous apercevons que ces dernières varient selon les groupes d’âges. Cela est dû au fait que ceux qui sont nés en 1982 sont entrés à l’université ou sur le marché du travail en 2000 tandis que ceux qui sont nés en 2000 possèdent seulement une année de différence avec la génération Z, les « digital natives ».

De plus, il existe un autre symbole des différences qui peuvent cohabiter au sein même de la génération Y. Il s’agit du fait que certains d’entre eux aient reçu leur premier Smartphone dans la vingtaine tandis que d’autres l’ont reçu comme premier mobile.

génération Y, travail, emploi, jeunes, fille, mobile

Existe-t-il deux types de génération Y ?

De nombreux experts et analystes s’accordent sur le fait que ce groupe démographique est bien trop large pour n’en faire qu’une seule catégorie.

L’un des cas les plus célèbres, est celui de Juliet Lapidos qui a écrit pour le New York Times Wait, What, I’m a millennial ? (Attendez, quoi, je suis de la génération Y ?). Dans cet article, elle défend le fait que bien que née en 1983, elle ne se retrouve pas dans les caractéristiques de la génération Y. Comme par exemple le narcissisme ou l’obsession de la technologie.

Elle écrit aussi que la crise financière est un autre point de rupture au sein de cette génération. En effet, il existe une différence entre ceux qui ont terminé leurs études en 2008, en pleine crise économique et les autres. Peut-être que les choses qui les définissent le mieux comme la technologie, sont aussi celles qui les différencient. Leur aspiration aussi les sépare puisqu’une partie d’entre eux a fait face à la récession et au chômage lorsqu’ils sont arrivés sur le marchés du travail.

Au sein même de la génération Y, tous ne se retrouvent pas dans les caractéristiques que l’on veut bien leur attribuer. Les entreprises devront donc également prendre en compte ces différences lorsqu’elles souhaiteront communiquer avec ce public.