Comment les femmes ont « hacké » le monde professionnel ?

Publié 8 mars, 2018 · 4 min. lecture

La Journée internationale des droits des femmes fait son retour dans le contexte un peu particulier du mouvement #MeToo (et ses déclinaisons #YoTambién, #QuellaVoltaChe, #BalanceTonPorc, #Ana_kaman). Bien sûr, ces mouvements ne viendront pas seuls à bout du harcèlement sexuel, bien sûr, l’égalité salariale n’est pas encore une réalité partout, bien sûr, vous trouverez encore des individus capables de parler grossesse avec un candidat sous prétexte qu’il s’agit d’unE candidatE… Pour autant, nous avons choisi aujourd’hui de voir le verre à moitié plein et de vous parler d’avancées déjà à l’œuvre.

 

Voici donc sans plus attendre 3 preuves que les femmes ont d’ores et déjà transformé le monde du travail :

 

Des entrepreneurs d’un nouveau genre

De plus en plus de femmes se lancent dans l’aventure de l’entrepreneuriat. Leur nombre aurait doublé entre 2012 et 2015 (Anaxago) et selon le rapport Global Entrepreneurship Monitor 2017, cette progression se confirme puisqu’elles seraient 10 % de plus qu’en 2016. De nombreux facteurs expliquent ce phénomène mais l’on peut noter l’influence de certains projets visant spécifiquement à stimuler l’entreprenariat au féminin. On peut par exemple citer Paris Pionnières qui se revendique comme « l’incubateur le plus mixte de Paris » et qui est à l’origine de l’événement Inclusive Tech Summit. La volonté de cette structure est d’offrir un accompagnement sur-mesure et bienveillant aux femmes désireuses de monter leur projet. En 13 ans, elle a suivi plus de 350 startups qui affichent un taux de pérennité de 85 %… Et qui recrutent à leur tour des talents féminins mais pas que !

 

femme-entreprise

 

Des réseaux de professionnelles pour plus de collectif

Développement des compétences, partage d’expérience, entraide, cooptation… Comme dit l’adage « l’important, c’est le réseau » ! Les femmes l’ont bien compris et les initiatives leur permettant de se retrouver se multiplient. Ces collectifs, souvent organisés par secteur d’activité, permettent aux femmes de se rendre visibles et d’échanger autour des problématiques qu’elles rencontrent. Elle peuvent ainsi trouver la confiance nécessaire à la réalisation de leurs ambitions. Dans le milieu particulièrement masculinisé du web, l’association Girlz in Web, créée en 2009, œuvre par exemple pour la « valorisation des femmes dans le numérique et les nouvelles technologies » à travers des événements mensuels de networking, des Master Class métier, des tables rondes, la publication d’offres d’emploi, etc. Cerise sur le gâteau, ces rencontres… sont ouvertes aux hommes !

 

Développement des compétences, partage d’expérience, entraide, cooptation… Comme dit l’adage « l’important, c’est le réseau » ! Cliquez pour tweeter

 

Un nouveau mode de leadership dans les entreprises

Longtemps, il a été difficile pour une femme manager de sortir des deux grands archétypes qu’on avait composés pour elle. Dans le 1e scénario, elle était la « reine des abeilles » : une fois au pouvoir, elle se complaisait dans sa position de seule femme dans un monde d’hommes, singeant les comportements de ces derniers et rendant la vie encore plus dure à ses semblables… Oui, un mélange de Meryl Streep dans Le Diable s’habille en Prada et de la méchante belle-mère de Blanche-Neige. Si ce rôle ne lui convenait pas, il lui restait la 2nde option : le « leadership féminin ». Il s’agissait d’exercer ses fonctions en tirant partie de ses différences et donc de ses qualités « naturelles en tant que femme » … Empathie, communication, sens du sacrifice, maternage.

Heureusement, la demande croissante d’authenticité dans les rapports professionnels, particulièrement présente chez les millenials, nous invite à appréhender le management avec plus de nuances. Par exemple, on conçoit maintenant qu’un style de management « empathique » peut être porté par un homme et n’est pas nécessairement naturel pour une femme. Quel que soit son sexe, on tend à valoriser de plus en plus un manager authentique. Cela revient à agir sur la base de ses valeurs et de sa personnalité, plutôt que de « jouer » le rôle du manager et d’adopter des codes qui ne sont pas les siens.

 

Un programme tournée vers les femmes

De plus, comme à l’initiative de Danone, plusieurs grandes entreprises (L’Oréal, Orange, SNCF, etc.) ont mis en place le programme EVE. Il aide les femmes managers à « oser être davantage elles-mêmes » et entend ainsi venir à bout du plafond de verre dont elles seraient co-responsables.

 

 

Au final, que ce soit au niveau collectif ou individuel, les salariées, les entrepreneures et/ou les managers façonnent désormais le monde de l’entreprise au même titre que leurs homologues masculins. D’autres avancées sont encore attendues mais le chemin parcouru est encourageant pour la diversité en entreprise. Le monde du recrutement est lui aussi touché par cette dynamique de changement. On voit naître de nouvelles méthodes qui invitent à sortir des sentiers battus et se détacher des conventions rigides du processus de sélection. Le message envoyé à toutes les populations victimes de discrimination est donc clair : « soyez vous-mêmes et agissez ».

 

Vous voulez en savoir plus sur l’entreprise de demain ? Découvrez en quoi l’Intelligence Artificielle va changer le quotidien des recruteurs !